Inégalités et Subjectivités. Pour une déconstruction de la perception sociale des inégalités.

Numéro 2 - 2009

Edito n°2

 

Dans ce deuxième numéro, le comité de rédaction s’est entouré du groupe de recherche GECCI pour aborder les inégalités. Nous avons choisi de les appréhender dans leur dimension sociale, telle qu’elles peuvent être perçues, construites et réappropriées par les différents acteurs : mouvements sociaux, groupes socioculturels, institutions, gouvernements, chercheurs et chercheuses. Nous avons tenté de susciter des réflexions interrogeant la perception sociale des inégalités, à démontrer comment elles sont construites dans le temps et l’espace, reflétant et façonnant notre perception du « réel ».

Persévérant dans notre triple objectif de proposer un espace pluridisciplinaire, destiné principalement aux jeunes chercheurs et chercheuses, et ouvert aux contributions internationales, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir neuf articles classés dans Thema. En outre, vous découvrirez des Notes de recherche hors thématique et deux Regards plus libres sur les influences croisées entre l’Europe et les Amériques.

Les neuf articles proposés dans Thema mettent en perspective la question des inégalités tant dans leur dimension géographique qu’historique et soulignent l’évolution de leurs représentations, celles-ci ayant un impact réel sur les populations. Quatre papiers se penchent sur le milieu rural. Deux études confrontent dynamiques agricoles et construction des inégalités en Argentine – Perceptions réciproques des inégalités dans le contexte de la grande propriété agricole en Argentine, de Maureen Burnot – et au Brésil – As margens da modernização : a luta entre o açúcar bruto e o açúcar branco, de Roberta Barros Meira . L’évolution des pratiques symboliques et concrètes liées à la terre au Brésil est prolongée par Anna Greissing qui étudie la transformation des procédés d’une grande entreprise agro-industrielle dans le nord du Brésil, et par Alexis Martig qui, à travers l’analyse anthropologique du statut des travailleurs ruraux dans la société et de la mobilisation du Mouvement des Sans Terre, se propose de « comprendre les liens qui se tissent entre inégalités symboliques et matérielles ». Nicolas Le Brazidec poursuit cette analyse spatiale par un article d’un des états méridionaux du Brésil, le Rio Grande do Sul, souvent présenté et imaginé comme une « Europe brésilienne », ce qui conduit l’auteur à proposer « une approche géographique de la perception des inégalités au Brésil ». Thema accueille également quatre recherches sur la façon de nommer et donc classer et prendre en charge la pauvreté –Marcia Pereira Cunha , la prostitution – Marion Giraldou, la production de connaissances – Fatima Hurtado, et la culture populaire – Flavia Guia Carnaveli. Ces articles déconstruisent les inégalités sociales et culturelles et démontrent comment les perceptions dominantes évoluent dans le temps provoquant des prises en charge différenciées par les politiques publiques.

Nous avons consacré la Rencontre de ce numéro à deux doctorantes : une sociologue, Camille Boutron (Paris III) et une juriste et sociologue, Carolina Vergel Tovar (Paris X). Elles ont partagé avec nous leur réflexion sur les inégalités dans le contexte des conflits armés péruviens et colombiens. Cet entretien très riche soulève de nombreuses questions sur le genre, la subjectivité et la notion même de conflit armé.

Cet édito ne serait pas complet sans la présentation de nos articles hors thématique. Dans les Notes de recherche, nous sommes ravies de pouvoir vous présenter une nouvelle fois le résumé d’une thèse soutenue à l’IHEAL en décembre 2008. Il s’agit du travail de sociologie de Robin Cavagnoud consacré aux adolescents travailleurs à Lima et à leurs stratégies de survie entre travail et école. Ce résumé gagne à être confronté à la note de recherche de Maxime Quijoux - Guerre des Ego/aux et pouvoir sacrificiel : dynamiques constitutives du pouvoir dans deux entreprises récupérées d’Argentine – qui interroge les luttes de pouvoir au sein de deux usines récupérées à Buenos Aires. Une troisième note de recherche, présentée par Nasser Rebaï, analyse les migrations paysannes andines internationales en Equateur et leur impact sur la construction territoriale, en s’appuyant notamment sur le thème de la glocalité.

Nos Regards se portent pour conclure sur les influences réciproques entre l’Europe et les Amériques. Nous vous proposons ainsi l’étude plus journalistique de Juliana Sayuri Ogassawara sur le traitement du cinquantenaire de la Révolution cubaine dans les éditions sud-américaines du Monde Diplomatique. Et enfin, Ana Milena Hergaux nous livre un texte sur les jazzmen étasuniens et parisiens à deux époques : dans les années 1960 pour les premiers, et actuellement pour les seconds. A travers la sociologie de la déviance, elle étudie l’évolution de la marginalisation de cette communauté de musiciens.

Nous espérons que ce deuxième numéro saura retenir votre attention, répondre à vos attentes et stimuler davantage vos interrogations sur le sujet et nous vous invitons à nous transmettre vos propositions d’articles pour les éditions à venir.

Aurélie Le Lièvre

Pour le Comité de rédaction de RITA

ImprimerE-mail